les humains font ça?           La mort est dans le pré!

 
 
Les médecins du limousin et les riverains se sont mobilisé contre l'utilisation massive de pesticides dans les vergers de pommiers. Ils ont décidé d'alerter les autorités car ils sont confrontés à une augmention de certaines maladies dans les environs. Bien sur la difficulté réside dans le fait qu'il est compliqué d'établir un lien direct entre une maladie et des produits phyto-sanitaires

Le problème des pesticides et leurs impacts sur la santé semblent une préoccupation majeure des Français puisqu’un sondage CSA du 20 Février 2012  indique que 73% des Français sont inquiets , voire très inquiets, de la présence de pesticides dans les produits alimentaires.


la survie de l'espèce humaine dépend de l’interdiction pure et simple des pesticides vu leur rôle différé mais catastrophique sur les embryons humains et ce , sur plusieurs générations : l’explosion actuelle chez les enfants des cancers, diabètes non liés à l’obésité, et pubertés précoces ( des enfants pubères à 6 ans !) est très clairement à relier avec les perturbateurs endocriniens que sont les pesticides, particulièrement les plus récents. Car, contrairement à l’idée que tentent d’imposer les fabricants de ces produits, les nouveaux pesticides ne sont pas moins dangereux que les anciens, bien au contraire.


Le Limousin ferme les yeux sur la problématique pesticides et santé au point de nier l'évidence. Vivre à quelques mètres de zones régulièrement arrosées de produits cancérigènes, mutagènes reprotoxiques, c'est s'exposer dangereusement..
voici le site de l'assocation ONGF qui lutte contre ce fléau:
http://allassacongfpesticides.blogspot.fr/2013/02/les-medecins-du-limousin-contre-les.html


Article de José Nadan apiculteur:

L’abeille disparaît à cause des pesticides, il est malhonnête de le contester … Et la situation continue à se dégrader… Le Grenelle de l’environnement a viré au Grenelle de l’empoisonnement : L’industrie agrochimique remplace les anciennes molécules moins rentables par de nouvelles bien plus lucratives et d’une toxicité encore jamais vue. On ne mesure plus le toxique en mg/l, ou en ppm, mais maintenant en ppb(partie par milliard).

Exemple du Cruiser récemment autorisé: la fine pellicule d’enrobage d’un grain de maïs contient 0,63mg de thiaméthoxam (source Syngenta), ouvrez un
ce ces sacs de semences Cruiser, prenez un grain de maïs, un seul, balancez le dans une cuve de 5000 litres d’eau, vous atteignez une contamination de 0,126 microgramme/litre, soit au dessus de la norme européenne de 0,1 microgramme/litre pour l’eau potable. Le thiaméthoxam est hypersoluble dans l’eau (jusqu’à 5gr/litre d’eau).

 

Semé à 100 000 grains/hectare, le potentiel de contamination d’un ha de maïs Cruiser correspond donc à la contamination potentielle d’un demi-milliard de litres d'eau à 0,126 microgrammes/litres. Une partie de ce thiaméthoxam arrivera inéluctablement à votre robinet. Une partie aussi, c’est l’objectif, se diffusera dans la sève de la plante, et cette fois ce sont nos petites abeilles et tous les insectes pollinisateurs qui resteront sur le champ. Et quel impact d’un tel poison sur les vers de terre et toute la flore microbienne du sol ?

 

Les firmes chimiques connaissent l’extrême toxicité de la molécule ainsi que sa rémanence : « une utilisation seulement tous les 3 ans », « pas de plante attractive pour les abeilles dans la rotation des cultures» (et le maïs ? ) , « installer des déflecteurs sur les semoirs pour que les poussières ne s’envolent pas », « remplissez le semoir à plus de 10m du bord du champ », « semer par vent faible », « portez des équipements qui protègent les yeux, la bouche et le nez, notamment un masque, des gants, une combinaison à capuche… »…
Seraient-ce « les graines de la mort » pour exiger de l’agriculteur tant de précautions ?
Vous pouvez consulter toutes les précautions d’emplois à l’intention de l’agriculteur … à vous donner froid dans le dos… (1)

Veulent-ils exterminer les apiculteurs, ces témoins gênants ? Les abeilles disparaissent en quantité depuis une dizaine d’années, ce qui correspond à l’arrivée des néonicotinoïdes dont le fameux Gaucho que tout le monde croit interdit mais dont la molécule, l’imidaclopride, est de plus en plus présente dans les sols français. Elle est toujours utilisée pour les céréales, pour la betterave à sucre, pour des fruitiers… sous une vingtaine de marques commerciales, liste que vous pouvez trouver sur le site du Ministère de l’agriculture (2). Elle est présente partout. Une étude en 2002-2003 relevait que 60 à 70% des pollens de végétation spontanée contenaient de l’imidaclopride à des doses suffisantes pour constituer une toxicité chronique.


La plupart des apiculteurs sont convaincus de ces faits mais ce n’est pas facile pour eux de le prouver : les abeilles ne revenant pas à la ruche, il est difficile de les faire analyser. On assiste de plus en plus à une dépopulation des ruches tout au long de la saison, avec beaucoup de problèmes de fertilité (beaucoup de ruches bourdonneuses…).

Et que sait-on aujourd’hui des effets synergiques de plusieurs molécules ?On retrouve un tel cocktail dans la nature, même dans l’eau de pluie! Voir étude 1999-2002(3).


Une récente étude en Italie a prouvé l’extrême toxicité des exsudats de maïs traités aux néonicotinoïdes, de l’ordre de 1000 fois la dose fatale à l’abeille. (4)
La plupart des apiculteurs sont écœurés du refrain de l’AFSSA: « les mortalités d’abeilles sont dues à des causes multifactorielles ».


L’apiculteur était-il plus compétent autrefois ? Il y a moins de 20 ans, des « papis » produisaient du miel en se contentant de soulever le toit de la ruche 2 fois par an, une fois pour poser la hausse, une fois pour l’enlever. Leur principal souci était d’avoir des ruches vides pour installer les essaims naturels qui se présentaient. Aujourd’hui malgré les élevages de reines et les nombreux essaims que nous faisons sans cesse, nous avons en permanence des palettes de ruches vides.


L’évolution est dramatique depuis quelques années. D’ailleurs les chiffres officiels l’annoncent : moins 15 000 apiculteurs amateurs au niveau
national entre 1994 et 2004 (source audit GEM) et depuis le déclin s’est accéléré… Les maladies, parasites ou champignons divers existaient avant, ils ne
sont pas la cause première de nos soucis mais plutôt la conséquence de l’affaiblissement par les pesticides.

Méfiez-vous de la désinformation perpétuelle pratiquée par le lobby agrochimique dans les médias, sur Internet avec ses liens sponsorisés. Quand vous tapez « abeilles, environnement…» vous avez [ http://www.jacheres-apicoles.fr/]www.jacheres-apicoles.fr financé par BASF et les grands semenciers, vous
y trouvez tout sur les menaces pesant sur l’abeille mais bien sûr un dédouanement des pesticides (5). Nous avons face à nous la puissance de l’industrie chimique. Des « journalistes agricoles » tel Gil Rivière-Wekstein leurs sont totalement dévoués (6)... Ils réussissent même à établir une « collaboration » avec
des collègues apiculteurs tel Philippe Lecompte, apiculteur, bio de surcroît. Doit-on encore considérer ceux-ci comme « apiculteurs » ou d’abord comme «consultants » pour ces firmes chimiques ?

L’UIPP « l'Union des Industries de la Protection des Plantes » (7), organisme de propagande des pesticides siège à l’AFSSA, ainsi l’on comprend mieux pourquoi l’AFSSA peine tant à accuser les pesticides…. Sa présence est-elle compatible avec un fonctionnement indépendant ? (8)

Hier, je suis resté très perplexe à la lecture de la dernière fiche « Avertissements agricoles » sur l’utilisation du Cruiser, émise par le SRPV (Service Régional de la Protection des Végétaux): juste les précautionsd’emploi minimums concernant l’aspect technique…absolument rien sur la forte toxicité du produit, même pas pour l’agriculteur… aucune consigne pour demander de restreindre ce traitement des plus polluant aux parcelles à risque avéré.


Récemment en Bretagne (et ailleurs sans doute) une grosse propagande a eu lieu pour inciter les agriculteurs à commander des semences traitées Cruiser, propagande de l’industrie chimique très bien relayée par certains revendeurs. Ils parviennent à convaincre nombre d’agriculteurs de jouer la sécurité, on met de la semence traitée même ou il y a très peu de risque de taupins, pour ça il y a même des promotions… Pourtant un technicien agricole expérimenté, libre et indépendant, vous dira que de nombreux agriculteurs conventionnels ne connaissent pas de dégâts sérieux dus aux taupins. Il vous dira que les risques déclenchants sont bien connus : dégradation des matières organiques en anaérobie, PH insuffisant, déséquilibre des sols… Il est aussi évident que ces
agriculteurs savent depuis longtemps incorporer les matières organiques au sol bien avant le semis… Soyons tous bien conscients que ce ne sont pas les 1 à 2% de parcelles à risque qui sont visées par Syngenta mais bien toutes les surfaces de maïs.


Dans leurs documents publicitaires, avec des arguments partisans et mensongers, ils promettent des rendements meilleurs dans toutes les situations. La lutte contre le taupin n’est qu’un prétexte et une porte d’entrée pour convaincre les agriculteurs d'acheter leur poison. Le matraquage systématique par la diffusion de bulletins "Alerte taupins" auprès de techniciens agricoles et dans les journaux agricoles a préparé le terrain depuis quelques années. Ils avaient annoncé un pullulement de taupins suite à l’interdiction de certains produits jugés trop toxiques. Comme ce ne fût pas le cas, il fallait aux firmes chimiques maintenir la pression, communiquer tous azimuts sur les parcelles touchées, sinon l’absence de traitements (et de taupins) aurait pu habituer l’agriculteur
à se passer de ces produits que les firmes veulent rendre indispensables.

Les agriculteurs italiens, eux aussi, ont dû faire face à ces stratégies commerciales offrant certains hybrides quasi exclusivement en semence traitée avec insecticides. Les agriculteurs étaient ainsi contraints d'acheter, bon gré mal gré, de la semence traitée…Mais en Italie, suite à des hécatombes d’abeilles, toutes les semences enrobées insecticides sont aujourd’hui interdites (Gaucho, Cruiser, Poncho, Régent…).

Auparavant, une expérience pluriannuelle, 2003 – 2006, menée sur un échantillon représentatif des conditions du maïs dans la plaine Padane, avait montré que le traitement avec des insecticides (Gaucho, Cruiser…) n’avait pas d’incidence significative sur les rendements et la production du maïs (Université de Padoue). L’expérimentation avait mis en évidence que les rendements de maïs obtenus à partir de semences traitées avec fongicides seuls tendent à être
supérieurs à ceux obtenus avec des semences traitées avec insecticides, alors qu’il n’y avait aucune différence de production significative entre
le maïs provenant de semences traitées avec insecticides et les non traitées. Cette étude contredit tout ce qui est annoncé par Syngenta… En outre, les semences sans insecticide ont tendance à germer plus rapidement. Malgré l’expérience italienne il va falloir à notre tour qu’on subisse ces hécatombes d’abeilles, qu’on accepte une pollution des sols, de l’eau, de l’air… Tout ça pour les seuls intérêts de Syngenta.


Nos responsables agricoles ne peuvent pas ignorer ces études… On peut donc s’interroger sur le rôle joué par la puissante FNSEA dans cette désinformation. Ses dirigeants roulent-ils exclusivement pour les firmes chimiques et les grands semenciers? Que font-ils pour défendre, un tant
soit peu, les vrais intérêts des agriculteurs ? Cette année, le produit miracle est chez nous, il s’appelle « Cruiser », et la lutte contre le taupin – ou plus souvent son fantôme - va battre son plein. Après enquête auprès de coopératives je constate, que les pourcentages des surfaces de maïs Cruiser ne sont pas liés au risque taupins mais bien plus en adéquation avec la politique commerciale de la coopérative, et avec son application sur le terrain par des commerciaux plus ou moins scrupuleux. Il n’y a aucune logique agronomique… Si certaines coopératives n’en ont pas proposé, ou alors très peu,
d’autres telle la Cooperl (producteurs de porcs de Lamballe) atteindront 50% des surfaces… L’on constate aussi les mêmes écarts au niveau des commerciaux d’une même coopérative : certains commerciaux de Coopagri en limitent l’usage aux parcelles qu’ils jugent à risque tandis que d’autres en sont à plus de 50%... Soit suffisamment pour qu’on puisse suggérer la commercialisation prochaine d’un beurre « Paysan breton au Cruiser ».


Sur nos 4 départements le maïs couvrira plus de 400 000 ha. 100 000 ha avec Cruiser ? Ou plus ? Qui s’en intéresse ? Imaginez pourtant la quantité de ce poison de thiaméthoxam balancé dans la nature et qui fatalement nous reviendra à la figure… par l’air, par l’eau, par notre alimentation…
Quels seront les dégâts pour nos abeilles déjà trop malmenées ? Qui peut dire quelle part de ce thiaméthoxam aboutira dans nos rivières ? Quel est l’avis du consommateur et du contribuable ?


Qu’en pense le conseiller régional quand il doit trouver des millions d’euros pour le programme « Bretagne eau pure »… ou lorsqu’il vote d’importants crédits pour une agriculture plus respectueuse de l’environnement ? Tout ceci se fait en usant de formules injustes et malhonnêtes « L’agriculture durable et raisonnée » dit une publicité Cruiser expédiée aux agriculteurs (1). Alors que c’est tout l’inverse du raisonné, puisque l’on pellicule le grain d’insecticide et de fongicide sans savoir s’il y aura attaque d’insectes ou champignon éventuel. C’est le summum du traitement systématique et déraisonné.


L’abeille est le témoin malheureux de ces pratiques inconscientes. Quel éleveur, quelle que soit la production, survivrait économiquement et
psychologiquement à des pertes régulières de son cheptel de l’ordre de 30, 40, et parfois au-delà de 50% ? Des collègues sont désespérés, va-t-il
falloir des drames humains, des drames familiaux pour que l’administration française arrête de nous traiter avec mépris. Dans tout rapport officiel sur l’apiculture, une soi-disante incompétence des apiculteurs prend plus de place que les conséquences de l’usage des pesticides. Quand j’ai démarré, il y a 25 ans, quasiment sans formation et sans expérience, la taille de mon cheptel progressait sans difficulté Aujourd’hui, malgré les techniques que j’ai acquises, les moyens plus importants dont je dispose, je me sens aussi désarmé que le débutant. En cette fin mars, lors de mes premières visites ce printemps, la situation est toujours aussi préoccupante… Consultez en annexe, l’évolution du cheptel d’un jeune apiculteur installé en Bretagne en 2005 avec 400 colonies (12).

Le récent rapport de Martial Saddier « pour une filière apicole durable» ne nous donne aucun espoir. La limite des investigations est fixée dans la lettre de mission du Premier Ministre, Mr Fillon, en une phrase : « sans préjudice de la nécessaire prise en compte de la protection sanitaire des cultures », en d’autres termes : « rassurez les apiculteurs ! Occupez-les ! Mais interdiction au député de mettre en cause les pesticides ». Ces consignes ont été respectées, vous pouvez le constater dans le rapport (10). Face aux défis que nous devons affronter, les moyens d’actions de notre syndicat sont dérisoires. L’adversaire est puissant mais nous avons pour nous notre bonne foi et notre conscience, et surtout un fabuleux atout : l’opinion publique! Car de plus en plus de personnes sont victimes de ces poisons jusque dans leur chair et ils doivent, en plus, payer les dépollutions. Nous avons besoin d’être épaulés, nous manquons de moyens financiers pour communiquer, pour combattre l’hypocrisie des lobbyistes de l’agrochimie.

L’urgence et l’enjeu sont de taille, ils concernent chacun d’entre nous. Diffusez ce mail, alertez vos élus pour mettre l’agrochimie face à ses responsabilités!
Le maïs dans nos campagnes bretonnes est une catastrophe pour la planète :

  • c'est une plante exigeante en eau, en engrais, en pesticides… donc des plus polluante.
  • c'est une plante déséquilibrée pour l’alimentation de nos troupeaux,obligeant l’agriculteur à compléter les rations alimentaires avec du soja OGM, produit à l’autre bout de la planète au détriment des forêts et des cultures vivrières… affamant encore un peu plus les populations démunies (11)

Diffusez ce mail, alertez vos élus car le cruiser :

  • constitue une grave menace supplémentaire pour nos abeilles
  • constitue une grave menace pour l’eau, de nos rivières jusqu’à notre table.
José Nadan
Apiculteur professionnel depuis 1984,
Président du SAPB
[ mailto:Jose.nadan@wanadoo.fr ]Jose.nadan@wanadoo.fr





Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement